BURKINA FASO


Ministère des Affaires Etrangères, de la Coopération et des Burkinabè de l'Exterieur



Accueil > Actualités

Journées de sensibilisation des réfugiés urbains : L’intégration et l’harmonie entre les populations locales et refugiés au centre des échanges

vendredi 3 novembre 2017

La Commission nationale pour les réfugiés (CONAREF) en collaboration avec le Bureau national de la CEDEAO a lancé les journées de sensibilisation des réfugiés urbains, le jeudi 03 novembre 2017 à Ouagadougou. Ces journées se tiennent sous le thème : « Réfugié, vivre en harmonie avec les populations locales dans le contexte sécuritaire actuel ». Elles visent à sensibiliser les réfugiés aux bonnes pratiques pour une intégration véritable au sein des populations burkinabè.

Le Burkina_Faso accueille des milliers de réfugiés dont la plupart proviennent des pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Si une bonne partie de ces réfugiés réside dans les camps de Mentao et de Goudebo, dans la Région du Sahel, et bénéficient de séances de sensibilisation régulières en vue de leur intégration au sein des populations locales, il reste qu’une partie, celle constituée des réfugiés dits urbains, semble laissée pour compte.
Dans un contexte socio-politique et économique marqué par des attaques terroristes avec son corollaire de stigmatisation et de suspicion, la nécessité s’impose de les entretenir sur les stratégies pour une intégration harmonieuse au sein des populations burkinabè.

C’est ce qui explique la tenue des journées de sensibilisation à l’initiative de la Commission nationale pour les réfugiés et le Bureau national de la CEDEAO, le jeudi 02 novembre à Ouagadougou et le mardi 07 novembre à Bobo-Dioulasso, sous le thème : « Réfugié, vivre en harmonie avec les populations locales dans le contexte sécuritaire actuel ». Elles visent à sensibiliser les réfugiés aux bonnes pratiques pour une intégration véritable au sein des populations burkinabè. « Une journée de sensibilisation pour les réfugiés urbains est indispensable. Dans la gestion des réfugiés, il y’a l’aspect protection, il y a le rapatriement, la réinstallation et l’intégration locale. Pour réussir une intégration locale, il faut sensibiliser les réfugiés sur leur droit et devoir », a expliqué Issa Joseph Paré, secrétaire permanent de la CONREF.

Plusieurs communications seront donc livrées à cet effet, notamment sur les droits et devoir des réfugiés, les défis sécuritaires et intégration locale, la libre circulation des personnes et des biens dans l’espace CEDEAO, la recherche d’emploi. « Grâce à cet échange, ils sauront que nous sommes avec eux, que nous sommes avec eux pour la recherche des solutions et qu’on va leur donner des conseils, on va discuter avec eux de toutes les alternatives possibles pour qu’ils puissent avoir cette dignité qui leur a manqué lorsqu’ils devenus réfugiés. Si les échanges sont constructifs, nous pourrons sortir d’ici avec des pistes de solutions pour que demain ces personnes puissent avoir l’autosuffisance que nous souhaitons pour elles », a indiqué Mahoua Bamba/Parums, représentante adjointe du HCR Burkina Faso.
Estimés à plus de 1900, les réfugiés urbains vivant au Burkina sont constitués en majorité des ressortissants de la CEDEAO, à savoir le Mali, le Togo et la côte d’Ivoire et vivent essentiellement à Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso.

Partager sur
Version imprimable de cet article Version imprimable

  2009-2017 © Ministère des Affaires Etrangères, de la Coopération et des Burkinabè de l'Exterieur, Burkina Faso. Tous droits réservés