BURKINA FASO


Ministère des Affaires Etrangères, de la Coopération et des Burkinabè de l'Exterieur



Accueil > Le Ministère > Salle de presse > Discours

Discours d’hommage du Ministre des Affaires étrangères, de la Coopération et des Burkinabè de l’Extérieur, Son Excellence Monsieur Alpha Barry aux obsèques de Son Excellence Monsieur Amidou Toure, Ouagadougou, le 09 septembre 2016

samedi 10 septembre 2016

Excellence Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso
Excellence Paul Kaba THIEBA, Premier Ministre
Mesdames et Messieurs les Présidents d’Institutions,
Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement,
Excellences Mesdames et Messieurs les Chefs de Missions diplomatiques et consulaires,
Mesdames et messieurs les représentants des organisations internationales et interafricaines,
Autorités militaires et paramilitaires,
Autorités coutumières et religieuses,
Chers parents, amis et connaissances du défunt,
Chers collègues diplomates, et permettez-moi de vous citer en tête Madame Rita Solange Agneketom
Chers Anciens Ambassadeurs,
Distinguées invités,
Mesdames et messieurs,

En ces moments très douloureux pour chacun de nous, j’ai le lourd devoir de prendre la parole pour rendre hommage à l’Ambassadeur Amidou Touré. Je prends la parole au nom de vous Monsieur le Président, vous qui avez bien voulu cet hommage de la Nation à ce haut représentant du pays décédé brutalement dans la nuit du 31 août au 1er septembre à Addis-Abeba en Ethiopie.
Je prends aussi la parole au nom de tous mes collaborateurs du Ministère des Affaires étrangères, de la coopération et des Burkinabé de l’extérieur. Je veux parler des collègues d’Amidou Touré qui sont ici présents, à la centrale, et tous ceux qui sont dans nos Ambassades, missions permanentes et consulats.
Pour chacun d’eux mais surtout pour certains d’entre nous qui étions récemment à Nairobi pour la TICAD comme vous Monsieur le Président, cette scène est surréaliste. Elle est surréaliste aussi pour vous Monsieur Ali Traoré, oncle direct de l’Ambassadeur Touré. Vous étiez également présent à Nairobi. Et on était tous avec Amidou Touré. Qui ne présentait aucun signe de fatigue ni de maladie.
Qu’est-ce qui a bien pu se passer pour que deux jours seulement qu’on se soit séparés, on apprenne la mort de notre cher Ambassadeur.
Qui pouvait donc penser à cette scène d’aujourd’hui ? Pas vous Monsieur le Président, vous qui veniez de lui signer ses lettres de créances qu’il devait présenter lundi dernier à Djibouti. Oui pas vous qui lui donniez rendez-vous pour plus tard pour une photo qu’il demandait à faire avec vous en compagnie de son collègue Ambassadeur au Japon le 29 août à l’aéroport de Nairobi. Pas moi non plus. Moi qui demandais à Touré, de prendre les dispositions pour la décoration d’une sœur catholique Burkinabé vivant au Kenya.
Il y a seulement quelques jours, personne d’entre nous ne pouvait penser à ce scénario dramatique. Oui pas Monsieur François Oubida, notre ambassadeur à Tokyo. C’est lui qui a passé les dernières 48 heures avec Amidou Touré au Kenya. Nous les avons laissés ensemble à Nairobi. Hier soir encore il m’a envoyé ce message sms je cite : bonjour Monsieur le Ministre, la voix de Touré résonne encore dans mes oreilles et son image défile nuit et jour devant mes yeux. Fin de citation.
Il nous a manqué seulement un peu de flair pour comprendre que la détermination, l’abnégation et le dévouement avec lesquels Amidou Touré s’investissait pour une participation réussie du Burkina Faso à cette conférence, signifiaient, sans nul doute, le dernier acte patriotique qu’il a bien voulu rendre à sa Patrie, le pays des Hommes intègres qu’il a servie, avec fidélité et loyauté, toute sa vie durant.
Hélas ! La grande faucheuse l’attendait, comme s’ils s’étaient donné rendez-vous, à sa résidence à Addis-Abeba, le lendemain de son retour de Nairobi pour l’obliger à effectuer avec elle, le long voyage du non-retour.
Excellence Monsieur le Présidents du Faso,
Distinguées personnalités,
Le départ inattendu et précipité de l’Ambassadeur Touré nous rappelle à notre propre sort.
Un jour, nous partirons !
Mais Personne ne souhaite que la mort frappe de cette manière. A 56 ans. Je n’ai pas encore votre âge, mais permettez-moi de dire que vous êtes parti trop jeune.
Personne ne souhaite donc que la mort frappe de cette manière. D’une manière brutale pour Amidou Touré qui laisse derrière lui, une mère déboussolée, une épouse et des enfants inconsolables, des frères et sœurs désemparés, une famille éprouvée et des collègues et amis complètement perdus.
Oui ! le fils, le père, l’époux, le frère, le proche, l’ami, le collègue, bref, l’Ambassadeur Touré Amidou est parti. Et à jamais !
Notre peine est immense, mais le souvenir de sa mémoire restera à jamais gravé dans nos cœurs.
Excellence Monsieur le Président,
Distinguées personnalités,
Que retenir alors de la vie de ce digne fils à qui nous rendons cet hommage. L’hommage de la République.
Né le 06 décembre 1960, à Bobo-Dioulasso, Amidou Touré effectue ses études primaires de 1966 à 1973, successivement à l’école Saint Paul du Plateau à Abidjan, à l’école primaire Paspanga B de Ouagadougou et à l’école Koko de Léo où il obtient son certificat d’études primaires élémentaires. Il poursuit ses études au collège privé « La Volta » d’où il sort avec un baccalauréat série B en 1983.
Il intègre en 1985, l’Université de l’Amitié entre les Peuples à Moscou, en Russie où il décroche son diplôme de troisième cycle en Droit international, en 1991.
Fils d’ancien diplomate, son père fut Ambassadeur, Amidou Touré emboîte les pas de son géniteur en intégrant le corps des conseillers des affaires étrangères en 1996 et est affecté la même année, à la direction des affaires politiques. Il servira tour à tour, à la direction générale de la coopération internationale de 1998 à 2000 et à la direction Asie Pacifique et Caraïbes jusqu’en 2001, date à laquelle il fut nommé deuxième conseiller à l’Ambassade du Burkina Faso auprès de la République de Chine.
De retour de la Chine en 2008, il prend la tête de la Direction des Organisations africaines, poste qu’il a occupé jusqu’en 2013 avant d’être promu Ambassadeur, représentant permanent adjoint auprès de l’Union Africaine et de la Commission Economique pour l’Afrique à Addis-Abeba en Ethiopie.
C’est en juillet 2015, qu’il est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Burkina Faso auprès de la République Fédérale démocratique d’Ethiopie, représentant permanent auprès de l’Union Africaine et de la Commission économique pour l’Afrique.
Excellence Monsieur le Président du Faso,
Amidou Touré qui aura passé deux décennies de sa vie à servir la Nation avec loyauté et dévouement était l’incarnation du diplomate accompli. Grand polyglotte, l’Anglais, l’Arabe, le Russe, l’Espagnol et le Mandarin, il les manipulait toutes avec une aisance sans oublier les langues nationales qui n’avaient plus de secret pour lui.
Travailleur acharné, sa joie de vivre et son accessibilité, sa serviabilité et son altruisme étaient sans pareil.
L’Ambassadeur Touré est parti nous laissant la réalité insupportable du vide que ni nos larmes ni notre tristesse n’arriveront guère à combler.
Amidou TOURE, pourquoi es-tu parti ? Personne ici n’a la réponse puisque vous avez décidé de partir sans laisser transparaitre le moindre soupçon !
Mais sache que ton souvenir restera, à jamais gravé dans nos cœurs !
Malgré la brièveté de ton mandat, tu as su attirer le respect de tes homologues par ton sens élevé du dialogue et de la collaboration qui t’ont valu l’hommage solennel des autorités éthiopiennes et de tes pairs, à Addis-Abeba.
Aussi, voudrais-je exprimer, au nom du Président du Faso, ici présent, du Gouvernement et du peuple burkinabè la reconnaissance de toute la nation au gouvernement éthiopien, à l’Union Africaine, à la Commission Economique pour l’Afrique, au corps diplomatique à Addis-Abeba et à la communauté burkinabè vivant en Ethiopie pour cette marque de reconnaissance à ton endroit et à l’endroit du pays que tu as su dignement représenter jusqu’à ton dernier soupir.
A ta mère, ton épouse et tes enfants, ta famille, tes amis et connaissances, j’exprime une fois de plus, au nom du Chef de l’Etat, du Gouvernement et de tous tes collègues diplomates, les sincères condoléances pour la douleur de l’épreuve que ton départ si brusque leur inflige !
Chers Parents que le tout puissant vous accompagne et vous console.
ADIEU Excellence.
Adieu Monsieur l’Ambassadeur
Adieu Amidou Touré
Que ton âme repose en paix.

Partager sur
Version imprimable de cet article Version imprimable

  2009-2016 © Ministère des Affaires Etrangères, de la Coopération et des Burkinabè de l'Exterieur, Burkina Faso. Tous droits réservés